Un témoignage : yoga et trail

Lors de mon 1er Trail long (42km), mes années d’expériences en yoga m’ont rendue fortement service. Surtout à la traversée de la corniche ; j’ai le vertige : et voilà, je suis face à ma plus grande peur : le vide .

A la sortie d’un virage, combien en-dessous , combien au-dessous ? Ouah , me voilà bloquée..NON, je ne ferai pas demi-tour. Il me reste plus que « une dizaine de kilomètres » et je suis dans l’un des plus beau paysage : Madére.

Sophie Sophie, que me conseille ta voix ? D’abord prise de conscience de la posture (détendre la mâchoire , localiser des tensions, pas de jugement). Quelle posture me conviendrait ? Mon sternum est enfoncé. Dans ce cas, respiration placée au sternum . Hum, hum, mauvaise idée, la peur est encore plus grande. La respiration placée dans le dos, alors ? Et c’est parti ! Un certain temps, une certaine durée parcourue sur une corniche avec la respiration dans le dos, entourée par la bienveillance de mes compatriotes de yoga.

Et oui, cela est possible de marcher et de faire du yoga. Un grand merci à toi ,Sophie, pour cet enseignement si riche et merci à mes amis yoga pour leur accompagnement bienveillant et neutre. Lysiane

Repas de fin de saison 2019

Cette année encore la saison s’est clôturée le 19 juin par un repas convivial où chacun avait amené un plat, un dessert ou une boisson à partager avant de se disperser pour le temps des vacances d’été. Pour la première fois chacun était également encouragé à amener son verre et ses couverts afin de participer à la lutte contre les plastiques à usage unique.

Le temps étant assez capricieux le repas s’est déroulé dans le foyer rural, mais une éclaircie nous a permis d’immortaliser l’instant par une photo à l’extérieur.

Bonne vacances à tous et à l’année prochaine.

On peut d’ores et déjà s’inscrire ou se réinscrire pour la saison prochaine (voir les modalités ICI ) ou en venant au Forum des Associations le 7 septembre 2019.

Article paru dans le Tambour de mai 2019

Quelques témoignages

En quelques mois de yoga

Après une interruption de pratique de trois ans, j’ai pu retrouver des sensations, sources de bien-être, oubliées. Tonus, souplesse à la clé, mais surtout capacité à me mettre à l’écoute de mon corps. Alors, je « rempile » ! Colette.

A 60 ans passé, je me suis finalement décidée à commencer le yoga,

pour être mieux dans mon corps, pour me relaxer et non le moindre, pour apprendre à lâcher prise.

Les débuts étaient difficiles, je ne comprenais pas comment « écouter son corps » d’ailleurs je ne comprenais rien de rien.

Une année plus tard, je commence à sentir les bienfaits. J’ai en plus commencé des exercices à la maison, en faisant chaque matin une « Salutation au soleil » pendant 5 à 8 minutes et ça y est, j’ai retrouvé un bien précieux, perdu depuis longtemps, j’ai retrouvé mon énergie. Qui l’aurait cru? Pas moi. Sophie certainement, je pense qu’elle a vu d’autres personnes renaître.

Je suis contente et fière de moi et je dis merci à Sophie et à l’année prochaine, puisque j’ai encore tant et tant de choses à apprendre. Karin

EQUI-LIBRE c’est aussi le yoga pour cavaliers et le yoga en entreprise.

 

La justesse

LA JUSTESSE

Nous cherchons tous à être le plus juste possible dans nos actions, que ce soit dans notre vie quotidienne, dans nos activités de loisir ou dans notre vie professionnelle.

Le doute peut nous servir comme nous desservir.

Observer sans juger, agir avec quiétude, laisser cheminer, puis agir de nouveau, réfléchir, prendre du recul font partie du programme de notre vie.

Je propose aujourd’hui une réflexion à partir d’un bref résumé des aphorismes II.46 et II.47 du yoga sutra de PATANJALI :

Les asanas ( postures ) et le pranayama ( exercices respiratoires ) nous aident à comprendre et à utiliser de

 façon appropriée notre corps, notre mental et notre respiration pour tendre vers l’action juste.

II.46 STHIRASUKHAASANA :

STHIRA : ferme SUKHA : le confort, le respect, la stabilité ASANA : la posture.

«  C’est l’attention sans la tension, la détente sans la mollesse «  ( T.K.V DESIKACHAR )

L’asana doit avoir la double qualité de vigilance et de détente…

Le confort d’une posture varie selon la morphologie et/ou l’état psychique de la personne. Elle varie selon chaque individu en fonction de son état physique et mentale du moment.

Il s’agit d’habiter, d’être présent, intentionné et bienveillant envers soi-même.

Observer sans jugement, sans se comparer et laisser cheminer.

II.47 : PRAYATNASAITHIYANANTASAMTTIBHYAM :

PRAYATHIATNA : L’effort juste SAITHILYA: par le relâchement, la détente ANANTA : l’infini SAMAPATTHIBHYAM : méditation

Si l’attention est portée à ce que l’on fait, le détachement est aussi nécessaire afin de mettre en exergue la juste valeur.

Il s’agit de reconnaître, observer, converser avec les réactions du corps, de la respiration et du mental.

Elles peuvent alors être réajustées et maîtrisées.

Ces 2 aphorismes peuvent aussi nous inviter a réfléchir sur «  YAMA » « NIAMA »,

C’est a dire , la relation avec soi, la relation avec l’extérieur, son environnement et leurs interactions

Ce résumé ouvre les portes à une réflexion faisant partie de la genèse du cheminement personnel.

Il s adresse à mes élèves, au sol et/ou cavaliers.

Il s adresse aussi à mes collègues de yoga, professionnels de l’art équestre, du travail sur le corps, tous passionnés et sans cesse en réflexion pour améliorer toujours et encore notre enseignement et nos connaissances.

Quelle résonance ont ces deux aphorismes pour vous aujourd’hui ?

Sophie Coulon